CATR2018 conference CFP Open Papers

Posted by | October 23, 2017 | Uncategorized


Canadian Association for Theatre Research / L’association canadienne de la recherche théâtrale (CATR/ACRT)

Kingston, Ontario @ Isabel Bader Centre for Performing Arts, Queen’s University

Tuesday 29 May – Friday 1 June 2018

Call for Papers

DEADLINE 8 DECEMBER 2017

 

La version française suit.

Fieldwork: Excavations and Exchanges in Drama, Dance, Theatre, and Performance Studies

Citing the famed televised boxing “scene” in 2012 between future Prime Minister Justin Trudeau and Senator Patrick Brazeau in their groundbreaking book Performance Studies in Canada, Laura Levin and Marlis Schweitzer articulate the emerging relationships between theatre studies and performance studies in Canada not only as distinct from the US and the UK, but also as fields of contest with one another. Listing recent Canadian conferences and postsecondary programs that focus on performance studies topics, they assert that it is a “false dichotomy that positions theatre studies in opposition to performance studies,” one that is “unproductive” (15). Viewed in various ways, we might imagine these fields as invitations for conversation among “strangers,” in the sense of Barry Freeman’s recent consideration of globalization on Canadian stages; as merging in Heather Davis-Fisch’s recent examination of “performance histories” in Canadian Performance Histories and Historiographies; or as when Jill Carter describes “Indigenous templates” “maintaining balance, arriving at consensus, avoiding conflict, and fulfilling responsibility for the good of all” (2). In 2015 ‘The Other D: Locating Dance in Drama, Theatre and Performance Studies’ conference hosted North American and international scholars who questioned the place of dance within theatre and performance studies in Canada. In other words, the meeting and confluence of fields in our scholarship and art can be made into sites of empowerment and further understanding.

CATR2018 asks: How can we excavate aspects of conversation, contestation, confluence, and exchange from the work we do in our fields?

A hybrid site of human activity for 9000 years, the land that is now Kingston has been stewarded by Wendat, Haudenosaunee (Iroquois), and Ojibwa (Mississauga) peoples. Located at the junction of the Great Lakes and the St. Lawrence River on the resources-rich Canadian shield, upon European contact “Kingston” became a strategic shipping port and military outpost, first for the French and then the British, adjacent to the United States. Garrison theatricals became an integral part of the town’s life and Fort Henry became one of the area’s most recognizable buildings following the War of 1812. The college that became Queen’s University was built in 1841.

CATR 2018: Fieldwork: Excavations and Investigations in Drama, Dance, Theatre and Performance Studies seeks proposals for papers cognizant of breaking down fortifications that separate fields, methodologies, and perspectives related to theatre studies, performance studies, dance studies, and dramatic literature. Topics may include, but need not be limited to:

engaging with Indigenous knowledges and languages as methodologies, practices and theories
fields, landscapes, streets, and other locations of intersection, meeting, and theatrical invitation
re/designing the spaces and materials of performance
dance, bodies, and ephemerality
performing and decentering gendered narratives
bridging cultures and communities through performance
the “state of the field,” stating fields, and fields of “the state” (including funding and policy)
the ethics of “the encounter”
TYA and its relationships to “adult” drama
performing dis/ability and breaking down disabling environments
can(n)ons and historiographic approaches to garrison theatre and other military performance
the theatre and performance of war and violence
re/visiting theatre architectures
hybrid forms of performance
ecological and environmental encounters in performance (fields, streams)
the performance and reception of citizenship, immigration, and refuge
destabilizing “Canada 150” and/or reimagining “Canada 151” and beyond
destabilizing the script, unscripting performances, postdramatic instabilities, adapting con/texts
invitations into theatre training (e.g. auditions), the “Profession”
fieldwork in ethnographic and auto-ethnographic performance
working outside of professionalizing fields of theatre, dance, drama, and performance
playing fields and the performance of sport
We encourage proposals focusing on the conference theme, but proposals that depart from the theme will also be considered.

We invite proposals for papers from scholars, artists, and scholar-practitioners. As always, CATR encourages all voices, including underrepresented or marginalized perspectives. We welcome a range of research subjects and approaches. Graduate students who have not yet presented at a major national conference are encouraged to submit. All accepted presenters and participants are required to join CATR. For more information on CATR, now in its 41st year, and to join or to renew your membership please visit http://www.catracrt.ca.

To be considered, please submit a 250-word proposal including the presenter’s name and the paper’s title, and a 50-word bio statement. Submissions will be vetted based on the following criteria:

…is of interest to CATR members from a range of perspectives

…contributes to the variety and diversity of subject and methodologies

…advances academic understanding

…adds to the value of the conference

…reflects sound scholarship and is well grounded in relevant theory

…clearly communicates its core ideas or questions and is well written.

Send all proposals to Jenn Stephenson and Craig Walker, Conference Program Co-Chairs, at catr2018@gmail.com by 8 December 2017.

 

 

 

Canadian Association for Theatre Research / L’association canadienne de la recherche théâtrale (CATR/ACRT)

Kingston, Ontario @ Isabel Bader Centre for Performing Arts, Queen’s University

Mardi 29 mai – vendredi 1er juin 2018

Appel de communications

DATE LIMITE: 8 DÉCEMBRE 2017

 

Travail sur le terrain: enquêtes et échanges en théâtre, en danse et en performance

Citant la célèbre « scène » de boxe télévisée qui a eu lieu en 2012 entre le futur Premier ministre Justin Trudeau et le sénateur Patrick Brazeau dans leur livre avant-gardiste intitulé Performance Studies in Canada (Études sur la performance au Canada), Laura Levin et Marlis Schweitzer décortiquent les relations émergentes entre les études théâtrales et les études sur la performance au Canada non seulement dans leur singularité par rapport à ce qui se passe aux États-Unis et au Royaume-Uni, mais aussi comme terrain de rivalité les unes par rapport aux autres. Défilant les récentes conférences et les programmes d’études postsecondaires au pays axés sur des sujets touchant à l’étude de la performance, les auteurs affirment qu’il s’agit d’une « fausse dichotomie, qui place les études théâtrales en opposition avec les études sur la performance » et qui est « improductive » (p. 15). Sous différents angles, nous pourrions imaginer ces terrains soit comme des invitations à la conversation entre « étrangers », dans le sens où l’entend Barry Freeman dans sa réflexion récente sur la mondialisation dans le théâtre canadien; soit comme des lieux de fusion, selon l’examen récent de Heather Davis-Fisch de l’histoire de la performance dans Canadian Performance Histories and Historiographies (Histoires et historiographies de la performance au Canada); soit comme ce que Jill Carter décrit comme des « modèles indigènes », qui « maintiennent l’équilibre, atteignent le consensus, évitent les conflits et s’acquittent de leurs responsabilités pour le bien de tous » (p. 2). En 2015, le congrès intitulé «The Other D: Locating Dance in Drama, Theatre and Performance Studies » (L’autre D : situer la danse dans l’art dramatique, le théâtre et la performance) a accueilli des chercheurs nord-américains et internationaux qui se sont penchés sur la place de la danse au sein du théâtre et des études sur la performance au Canada. En d’autres termes, la rencontre et la confluence des domaines de spécialité dans nos recherches et notre art peuvent être transformées en sites d’émancipation et de compréhension.

Le colloque de l’ACRT 2018 pose la question suivante : comment pouvons-nous fouiller les aspects de la conversation, de la contestation, de la confluence et échanger dans le travail que nous faisons dans nos domaines?

Lieu hybride de l’activité humaine depuis 9000 ans, la terre qui abrite maintenant Kingston a été sous la gouverne des Wendats, Haudenosaunees (Iroquois) et Ojibwés (Mississauga). Situé à la jonction des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent sur le Bouclier canadien si riche en ressources, ‘Kingston’ est devenu au contact des Européens un port stratégique d’expédition et un avant-poste militaire, d’abord pour les Français puis les Britanniques, à côté des États-Unis États. Les théâtres de garnison sont devenus une partie intégrante de la vie de la ville et Fort Henry est devenu l’un des bâtiments les plus facilement reconnaissables de la région après la guerre de 1812. Le collège qui est devenu l’Université Queen’s a été construit en 1841.

Le colloque de l’ACRT 2018, Travail sur le terrain : enquêtes et échanges en théâtre, en danse et en performance, recherche des communications qui discuteront de rupture des forteresses qui séparent les disciplines, les méthodologies et les perspectives liées aux études théâtrales, dramaturgiques, sur la performance et la danse. Les sujets pourraient comprendre (sans s’y limiter):

les savoirs et les langues autochtones en tant que méthodologies, pratiques et théories
les champs, les paysages, les rues et autres lieux d’intersection, de rencontre et d’invitation au théâtre
la (re)configuration des espaces et des objets de la performance
la danse, les corps et l’éphémère
la performance dans le récit décentré du point de vue genré
l’état de la discipline, le statut des disciplines et les disciplines étatiques (ce qui inclut le financement et les politiques)
l’éthique de la rencontre
le théâtre jeune public et sa relation au théâtre « adulte »
la performance dans l’habileté et le handicap et le démantèlent des milieux handicapants
can(n)ons et approches historiques du théâtre de garnison et autres performance militaires
le théâtre et la performance de guerre et de la violence
(re)visiter l’architecture théâtrale
des formes hybrides de performance
rencontres écologiques et environnementales dans la performance (disciplines, courants)
la performance et la réception de la citoyenneté, de l’immigration et de l’asile
bousculer le « Canada des 150 ans » ou réimaginer le « Canada des 151 ans » et plus
bousculer le scénario, déscénariser la performance, instabilités postdramatiques, adaptation de (con)-textes
des incursions dans la formation (auditions et autres processus), le « métier »
le travail de terrain en performance ethnographique et auto-ethnographiques
le travail hors des disciplines professionnelles du théâtre, de la danse, de la dramaturgie et de la performance
terrains de jeu et performance sportive
Nous encourageons les propositions de communications liées au thème du colloque, mais celles qui s’en éloignent pourront aussi être considérées.

Nous invitons les propositions de communication de la part des chercheurs, artistes et les praticiens chercheurs. Comme toujours, ACRT encourage toutes les voix, y compris les perspectives sous-représentées ou marginalisées. Nous accueillons une diversité de sujets et d’approches en recherche. Les étudiants diplômés qui n’ont encore jamais présenté de communication dans un colloque d’envergure nationale sont invités à soumettre leur travail. Tous les organisateurs et participants acceptés sont tenus d’adhérer à l’association. Pour plus de renseignements sur l’ACRT, qui en est à sa 41e année d’existence, et pour devenir membre ou renouveler votre adhésion, visitez http://www.catracrt.ca.

Pour que votre proposition soit analysée, veuillez soumettre un texte de 250 mots comprenant le nom de l’organisateur et le titre de la communication, ainsi qu’une présentation biographique de 50 mots. Les propositions seront évaluées en fonction des critères suivants:

être digne d’intérêt pour les membres de l’ACRT de divers horizons
contribuer à la diversification des sujets et des méthodes de travail
faire avancer le savoir
ajouter de la valeur au colloque
témoigner d’une recherche réfléchie bien ancrée dans une théorie pertinente
communiquer clairement les idées ou questions centrales et être bien écrite
Envoyer les propositions de communication à Jenn Stephenson et Craig Walker, coprésidents du comité organisateur, à catr2018@gmail.com au plus tard le 8 décembre 2017.

 

 Posted by Dospel & GanjaParker