2016 – Yves Jubinville, «André Brassard ou la communauté des Paravents», Études françaises, vol. LI, nº 1, 2015, p. 81-95.

Résumé de l’article (tel que publié dans la revue) : «Cet article se propose d’examiner, en prenant appui sur un document déposé dans le fonds d’archives André Brassard à Bibliothèque et Archives Canada, les enjeux artistiques, culturels, idéologiques et historiques de la production des Paravents présentée à Ottawa et à Montréal en 1987. Le journal de bord de cette production, rédigé par l’assistante de Brassard, Claire Faubert, révèle en effet le fonctionnement quotidien d’une troupe et son travail d’interprétation sur un texte, celui de Jean Genet, mais également les articulations de ce travail avec les modes de production en vigueur dans le milieu du théâtre québécois de cette époque. Partant de la « conscience collective » du metteur en scène et de sa troupe de se trouver à un moment charnière de la vie théâtrale québécoise, nous souhaitons faire émerger la signification historique de cet événement théâtral.»

Notre commentaire (je travaille à raccourcir cette présentation) : L’article porte sur la démarche de création à l’origine d’une production particulière, celle des Paravents de Jean Genet, par André Brassard, au Centre National des Arts à Ottawa en 1987. L’étude est particulière intéressante du fait qu’elle a pour point de départ le «carnet de bord» préparée par Claire Faubert, assistante de Brassard. À travers ce document, qui appartient à la catégorie des manuscrits de théâtre, l’auteur observe une expérience à laquelle le spectateur n’a pas accès comme tel, mais qui n’en constitue pas moins une donnée essentielle de la production. L’étude du carnet de bord permet d’envisager l’histoire du théâtre comme une généalogie des représentations, remontant à une sorte d’origine, avec laquelle dialoguerait sans relâche chaque nouveau spectacle, constituant ainsi une chaîne continue de lectures. Dans le cas présent, celui des Paravents, œuvre controversé qui n’appartient à aucune tradition en vigueur alors dans les écoles de théâtre ou sur la scène québécoise au moment de cette représentation, le carnet de bord montre comment Brassard entend «apprivoiser une nouvelle bête dramaturgique» (83) dans la «volonté de changer la façon de faire de la mise en scène au Québec.» (84)

Relying on a document filed in the André Brassard archives at Library and Archives Canada, this article examines the artistic, cultural, ideological, and historical issues of Les Paravents presented in Ottawa and Montreal in 1987. The article focuses on the creative process underlying a particular theatre production, that of Les Paravents by Jean Genet, directed by André Brassard at the National Arts Centre in 1987. The study is particularly interesting in its starting point being the “logbook” prepared by Claire Faubert, Brassard’s assistant. Through this document, which belongs to the category of theatrical manuscripts, the author observes an experiment in which the audience does not have access as such, but which nevertheless constitutes an essential factor of the performance. Studying the diary allows to consider the history of theater as a genealogy of performances, dating back to a kind of origin every new show tirelessly would discuss with, forming a continuous chain of readings.